Pour lutter contre le harcèlement, une ex-victime ouvre un compte twitter

Journal d'un harcelé
Matthieu a lancé @Journal d’un harcelé pour lutter contre ce fléau… avec les mots !

Matthieu a été « souffre-douleur » durant son parcours scolaire. Au point de le pousser à faire trois tentatives de suicide. Aujourd’hui, il a décidé d’aider les autres victimes en ouvrant  @Journal d’un harcelé.

Notre rencontre a été fortuite, poussée par les algorithmes. C’est sur le réseau de micro-blogging que le compte @Journal d’un harcelé a attiré mon attention. Cela a commencé par un follow, un échange de messages et puis une demande, tapotée du bout des doigts : « serais-tu prêt à témoigner ? ». En réponse, le doute et la peur n’ont pu étouffer la détermination de ce jeune Français à poser des mots sur les souffrances endurées. Oui, il le veut. A certaines conditions. Comme l’anonymat de l’écran. L’échange ne s’est jamais fait autrement que virtuellement. Pas même via une webcam ou un entretien téléphonique. Si Matthieu remonte la pente et s’estime prêt à parler, la neutralité d’une messagerie est indispensable pour déposer un témoignage emprunt de douleur. Désormais, il se dit prêt à partager son histoire publiquement. A la clamer. Lutter contre le harcèlement est devenu sa priorité. Et il y consacre quotidiennement beaucoup de temps, à partir de son compte Twitter.

Matthieu, peux-tu te présenter?

J’ai 18 ans et je vis dans le Centre. Je suis un grand passionné de musique. D’ailleurs je compose mes propres musiques depuis que je vais mieux. La musique est une grande passion pour moi.

Raconte-nous ton histoire…

Il y a quelques années, j’ai été ce que l’on appelle un souffre-douleur et ça, aux yeux de tous.Tout a commencé en primaire, par des choses que l’on pourrait penser “pas très violentes”, genre c’était  une bousculade de temps en temps, mais au fil des classes cela a empiré. Quand je suis rentré en CP, je suis devenu le souffre-douleur des autres, car ils me voyaient seul. Ils venaient m’embêter tout le temps, à chaque récréation et même à la cantine où ils me lançaient des morceaux de nourriture. Cela a duré du CP jusqu’en CM2 (de l’âge de 6 ans à 11 ans environ ndlr), en sachant que j’ai redoublé une fois. Ensuite, après le CM2, je suis passé au collège. Je pensais en avoir fini avec le harcèlement, hélas je me trompais… Au début du collège ça allait, même si j’étais tout le temps seul. Très seul. Mais hélas, au fil des semaines, certains élèves sont venus me voir pour m’insulter. Je n’y prêtais pas attention, mais cela a continué.

J’en suis arrivé à faire 3 tentatives de suicide. Je me suis retrouvé à l’hôpital suite à une prise de médicaments. J’ai voulu me suicider à cause du harcèlement scolaire que je subissais depuis des années, personne ne m’avait entendu à cette époque. Par la suite, j’ai dû voir des psychologues. Ils sont venus au collège pour stopper tout ça, car cela prenait des proportions beaucoup trop graves.

En ouvrant ce compte Twitter, je pense pouvoir aider les autres. Grâce à mon vécu, ils ne feront peut-être pas les mêmes bêtises que moi.

Tes parents ont-ils compris ce qu’il se passait ?

En fait, ils ne savaient pas pourquoi je prenais des médicaments volontairement. C’est au bout de ma 3e tentative de suicide que j’ai réussi à tout dire : je subissais du harcèlement scolaire.

Et le corps enseignant a-t-il vu quelque chose ?

Non, personne ne voyait rien. Ce n’est qu’en en parlant aux psys que ça s’est réglé.

Comment te sens-tu aujourd’hui ?

Je me sens mieux. Les cicatrices sont les scarifications que je me faisais sur les bras.J’essaie de me débarrasser des souvenirs du harcèlement que j’ai subi.

Des souvenirs lourds… tu as pourtant décidé d’ouvrir un compte dédié au harcèlement sur Twitter. Pourquoi ?

Honnêtement, le harcèlement m’a détruit à l’époque et j’aurais eu envie qu’on me tende la main, alors que ce n’est jamais arrivé. C’est pourquoi en ouvrant ce compte Twitter, je pense pouvoir aider les autres. Grâce à mon vécu, ils ne feront peut-être pas les mêmes bêtises que moi.

Toi qui as déjà vécu ça, est-ce que cela peut aider quelqu’un dans la détresse ?

Oui. Ça m’aide d’aider les autres qui en ont besoin. Pour moi, la solidarité c’est très important. Et je pense qu’aujourd’hui, on devrait tous s’entraider.

 

Quels seraient tes projets pour ce compte : le faire grandir… et puis ?

Oui, s’il le faut, je passerai en radio, à la télévision, vraiment partout pour sensibiliser un maximum de personnes. C’est mon combat désormais. Je m’y investirai au maximum.

Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui subit cette situation ?

Il faut soit en parler à un adulte, soit écrire sur un bout de papier ce qu’il se passe et donner ce papier à un adulte. L’écriture est une bonne thérapie !

Qu’est-ce qui t’a redonné le goût de vivre ?

Deux ans après tout ce que j’ai subi,  j’ai découvert ma passion : la musique grâce à la violoniste Lindsey Stirling, la violoniste au milliard de vues sur Youtube.

Rendez-vous sur le compte @Journal d’un harcelé pour découvrir les infos sélectionnées et retweetées par Matthieu… et comprendre au mieux le mécanisme du harcèlement scolaire !

 

Françoise Geubel

 

One thought on “Pour lutter contre le harcèlement, une ex-victime ouvre un compte twitter

Répondre à Yves HINVIGA Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *